Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 16:29
 

 Dédicacé 

à toutes celles  et tous ceux qui un jour dans leur vie ont connu

ce sentiment désagréable d'être exclu, 

d'être HORS NORME !

 


A toutes celles et tous ceux qui ne sachant pas ce qui leur arrivait

n'ont pas tenu le choc !

 


h-3-1188449-1210957672Plutôt que "tolérance", qui ne veut au fond rien dire, si on parlait de respect de toutes les différences.

 

....*C'est en apprenant a respecter les autres dans leur différence que l'ont se construit une personnalité riche et surtout libre...

 


      Parfois je rêve que blanc, noir, marron, jaune, rouge,…

                     homo, venant de lesbos, sans stéréotype, hors « norme » mais humain avant tout !

                                        dingo, bipo, parano, schyzo, écolo, typo…en dehors des sentiers battus

      seront toutes et tous considérés comme des HOMMES de cette planète Terre…

 

      Parfois je rêve que la bêtise, l’incompréhension, l’étroitesse d’esprit, le formatage seront mis

      à bas …



 

414034238_small.jpgSuicide

des jeunes homosexuels


 


STOP SUICIDE est inquiète du fort taux de tentatives de suicide parmi les jeunes qui se disent homosexuels.

 
En effet, plusieurs travaux montrent, en moyenne, qu’un jeune homosexuel sur quatre fait une tentative de suicide !

 

 

 

 

http://www.lepost.fr/article/2009/04/09/ 1490009_la-norme-tue.html

http://www.lepost.fr/article/2009/04/08/ 1488965_zazie-contre-l-homophobie-et-tou tes-les-sortes-de-discriminations-vivre- et-aimer.html

 

 




L’homosexualité a été longtemps considérée comme une maladie. Depuis le 17 mai 1990, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a retiré l’homosexualité de la liste des maladies mentales.

L’homosexualité n’est ni une perversion, ni une déviation sexuelle, ni un comportement contre nature et elle n’a rien à voir avec la pédophilie.




homophobie8891510.jpg
Sais tu qu'est ce que
l'homophobie?

 

 
L'homophobie c'est l'hostilité , la haine envers les homosexuels.
 
L'homophobie, est encore très présente chez les jeunes (collège et lycée notamment) ?

L'homophobie est un facteur important de souffrance (voir de suicide) pour de TROP nombreux jeunes?


Un quart des tentatives de suicide des garçons âgés de 15 à 24 ans et 10 % de celles des filles du même âge seraient liés à un problème d'homosexualité?
 

On tolère les homosexuels, tant qu'ils ne s'affichent pas comme tels...
 
On accepte l'homosexuel tant qu'il est discret. Dès lors qu'il est visible, à partir du moment où son homosexualité est connue et assumée, il devient gênant et incongru...

 

 h-20-1597424-1246166799-copie-1.png

 

      « L'homme que vous voudriez tuer n'est pas monsieur Untel ; il n'est qu'un déguisement.

Quand nous haïssons un homme, nous haïssons dans son image quelque chose qui réside en nous.

Ce que nous ne portons pas en nous, ne peut nous toucher. »

 

Hermann HESSE

 


 

 

      Je voudrais rêver pour fuir certaines réalités trop crues ou trop cruelles. 

 

Rêver pour rester un peu enfant, 

Rêver pour idéaliser le monde de demain, 

Rêver ce qui n'est pas, ce qui ne peut pas être, rêver ....

Rêver parce que c'est notre seule grande liberté.


 

 

 

Parfois je rêve d'un monde parfait ! Etre une fée, une plume ou un oiseau et m'envoler tout loin, 

tout loin !

 

Parfois je RÊVE que la méchanceté, l’indifférence, l’incompréhension, le jugement, ne fassent plus de mal, ne provoquent plus de suicides aussi bien et surtout chez les jeunes chez les jeunes !

 

 

LAISSEZ-LES VIVRE 

 


 

 

 

 L'HOMOPHOBIE

est belle est bien présente dans tous les milieux...   

 

Si vous y êtes confrontés ou que simplement vous voulez vous informez plusieurs lignes d'écoutes sont mises à votre disposition:


 

*LIGNE AZUR : 0810 20 30 40 

www.ligneazur.org

Ligne d'écoute à l'intention des jeunes homos, bis ou trans.

 

 

*SOS HOMOPHOBIE : 0810 108 135 

www.sos-homophobie.org


 

*LES JURISTES GAIS : 01 46 31 24 06 

www.juristesgais.org


 

 

Alors n'hésitez pas, ne restez pas dans l'ombre, être homo ce n'est pas une honte et vous avez autant le droit au respect que tout autre individu !!!

 

 

 

h-20-1353430-1228977309

 

Repost 0
20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 21:32

Pour toi, Troy,    

               Enfant noir n'est pas facile
                             au pays de la  "Liberté"...

 

Grandir et devenir un adolescent, un jeune homme, puis un homme, demande un courage à toute épreuve !





Des hommes se sont battus, se sont fait entendre, ont été assassinés pour que toi et tes frères puissiez connaître un monde fait du respect de votre condition d'homme, de votre dignité, de vos droits....


J'ai tellement cru à la bonté des hommes 
                          Que souvent je ne comprends pas !


Pourquoi une telle haine,
                 Pourquoi cette différence
                                    qui n'est que couleur
                 Les met dans de tels états !



Gamin de la ville
        Gamin des rues
                Gamin au coeur pur


                Un tendre môme aux
                                               yeux naïfs
                Emplis d'Amour !



Je me retrouve en toi,
Je suis restée enfant dans l'âme
Tu es une telle richesse !



          Comment peuvent-ils ?


 
Je n'accepte pas que ce gamin,
Cet enfant devenu grand
Soit condamné,
Ait passé tant d'années en prison
Et soit exécuté
 

Parce que certains en ont décidé ainsi
Au mépris du respect de sa vie
Et de son innocence

                                                                                     


Ils sont fous
          Fous de pouvoir
                    Fous d'hypocrisie



Fous de non justice
          Fous de non respect de
                                        l'Homme

 



Alors , p'tit môme devenu grand,
        je pense à toi
              Je prie pour toi



Et ce soir, comme tous
                              les autres soirs
J'allumerai une bougie


Et ce matin



Je te serre dans mes bras
            Je te donne ma liberté
                       Et me nourris de ta force



NON,

Tu ne mourras pas

 

Katelemonde...Katefannay

 


PLUS  JAMAIS  CA..................JAMAIS,

 C'EST  INTOLERABLE




Repost 0
15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 21:40


         J'ai choisi de me taire,
                       trop de galères...toujours sans répit...






Il y a des vies comme ça
                                    Où tu te dis
Il y a des jours où le ras le bol
                                    Te gagne
Il y a des nuits où tu voudrais
                                    Te transformer en être
                                                              surnaturel


            Mais tu te dis 

 

Que tant de désespoir
De douleurs
De différences jetées à la figure

Sans cesse
Fusant de ci et de là
Ne sont pas vains,



            Toujours comprendre
            Toujours accepter 
            Se heurter à leurs regards
            Leur haine flagrante



            DUR


            Souffrance acérée
            Tolérance zéro
            Cibles montrées prêtes à
                                         être visées



CA  SUFFIT !!!

Je ne supporte pas
Cette lâcheté
Cette haine



POURQUOI   
            Toujours cette haine
                 Différence de culture
                      Différence de religion
                           Différence tout court



TOUJOURS     toujours  
                             et toujours




Sociéte de droit        de liberté
               D'égalité         de fraternité



            Respect de la VIE
                            De l'AUTRE



Du vent




Mon Dieu qu'en ont-ils fait  
Tout est bafoué
Tous les jours


Crier au secours,
Personne  personne


            Est-ce moi qui dérive
            Trop d'Amour



            J'suis faite comme ça
            Toujours un peu rebelle
            Sans arrêt prête à bondir
            Comme le chat aux aguets


           Je n' peux être autrement  


Donner tout simplement
Un seul regard suffit
Un seul sourire m'éblouit


            La VIE avant tout
                        Sans succomber à leur bêtise

                       Je vous aime trop
                       Je ne vous lâcherai pas


Katelemonde

 

Repost 0
11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 18:34
 
L'avenir appartient aux femmes..............

 

 
Si la non-violence est la loi de l'humanité,
 l'avenir appartient aux femmes.

 Qui peut faire appel au coeur des hommes
 avec plus d'efficacité que la femme ?


Gandhi





Appeler les femmes "le sexe faible" est une diffamation,
c'est l'injustice de l'homme envers la femme.

 Si la non-violence est la loi de l'humanité,
l'avenir appartient aux femmes.

 
Gandhi





Je ne veux pas que ma maison
soit murée de toutes parts,
ni mes fenêtres bouchées,
 
mais qu'y circule librement
la brise que m'apportent les cultures de tous les pays.


Gandhi



 
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle,
car nous ne penserons jamais tous de la même façon,
nous ne verrons qu'une partie de la vérité
et sous des angles différents.


Gandhi


Repost 0
11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 12:02


1906
le 11 septembre

Sur les rails de la non-violence


Un appel à la désobéissance civile en Afrique du Sud est lancé par l’homme qui deviendra le symbole de la protestation pacifique : Gandhi.

Trois mille personnes répondirent présentes et se rassemblèrent au Théâtre impérial de Johannesburg. La “satyagraha” (force de la vérité) prit ainsi naissance, le principe étant d’amener son adversaire à reconnaître ses torts sans faire usage de force physique.

 


Gandhi et sa femme Kasturbai en 1915


Mohandas Karamchand Gandhi est né le 2 octobre 1869 à Porbandar dans l'état du Gujarat. Il est issu de la caste des Vayshia et sa famille est relativement aisée. Enfant, sa mère lui inculque les valeurs hindouistes mais il apprend aussi à connaître les autres religions et la tolérance à leur égard. C'est sans doute pendant cette période que se forgent les convictions morales de Gandhi.

Conformément aux coutumes de sa caste, sa famille le marie à 14 ans avec Kasturbai qui restera son épouse toute sa vie. En grandissant Gandhi devient convaincu qu'il ne sera quelqu'un qu'en rompant avec les coutumes de l'Inde et en copiant le style de vie des anglais. C'est donc logiquement qu'il s'embarque pour l'Angleterre en 1888 en laissant femme et enfant pour y faire ses études de droit.

C'est paradoxalement à Londres que Gandhi lit les principaux textes de l'hindouisme, notamment la Baghavad-Gita qui l'influencera profondément. Il découvre aussi la vie de Bouddha, Jésus, Mahomet et fait la connaissance des théosophes anglais.


Après trois années en Angleterre et son diplôme d'avocat en poche, Gandhi rentre en Inde. Malheureusement sa vie professionnelle s'enlise et il reste tiraillé entre ses racines hindoues et son attirance pour la bourgeoisie occidentale.
En 1893 une entreprise indienne lui propose de se rendre en Afrique du Sud pour y défendre ses intérêts lors d'un procès. Gandhi accepte. Il ne le sait pas encore, mais c'est le tournant de sa vie.

 


Dès son arrivée là-bas il est confronté à la discrimination raciale. Expulsé d'un train il s'aperçoit très vite que les britanniques et le boers dominent sans partage les populations noires et immigrées (à cette époque 100 000 indiens vivent en Afrique du Sud). Il est choqué de voir que les sujets de l'empire britannique ne sont pas traités de la même manière suivant la couleur de leur peau.

 




En 1894, à l'issu du procès, gagné, pour le lequel il était venu, Gandhi décide de lutter contre une loi visant à interdire aux indiens le droit d'élire des représentants à l'assemblée de l'état du Natal. Il fait signer une pétition à 10 000 personnes et obtient le retrait du projet de loi.
Gandhi avait surtout réussi à faire prendre conscience aux indiens qu'il fallait s'unir. Devenu populaire, Gandhi décide de poursuivre le combat.
 En 1896 il va chercher sa femme et ses enfants en Inde et revient en Afrique du Sud. Il travaille comme avocat jusqu'en 1899.
 La guerre des Boers éclate alors et Gandhi appelle ses compatriotes à soutenir les anglais.

 


En 1906 une nouvelle loi ségrégationniste est votée au Transvall. Elle enjoint les asiatiques à se faire inscrire sur des listes destinées à contrôler de près leurs activités. Gandhi réussit à convaincre 3000 délégués de ne pas se soumettre à la nouvelle loi et de résister quel qu'en soit le coût, mais sans violence.
 Gandhi est arrêté et incarcéré pendant six mois.

En 1909 il publie "Hind Swaraj", livre dans lequel il développe les théories du combat par la non-violence : la satyagraha.
Pendant huit ans, Gandhi ne cessera de s'opposer aux lois ségrégationnistes et au Général Smuts ce qui lui vaudra d'autres séjours en prison. Finalement, le 30 juin 1914, Smuts et Gandhi signent un accord sur l'abrogation d'une grande partie des lois raciales.

 Le 18 juillet 1914 Gandhi quitte l'Afrique du Sud pour toujours et rentre en Inde.





Il décide, dès son retour, de partir à la découverte de son pays natal. Son périple dure un an à l'issue duquel il établit un ashram près d'Ahmedabad. Son nom est désormais associé à la lutte contre l'injustice. C'est pourquoi, début 1917, Gandhi se rend au Bihar à l'appel des cultivateurs de l'indigo exploités sans vergogne par les industriels anglais. Devant les risques d'émeutes, le gouvernement donne satisfaction aux planteurs.


À peine rentré à Ahmedabad, Gandhi soutient un mouvement de grève des ouvriers textiles et utilise, pour la première fois, le jeûne pour faire pression sur les patrons et pour marquer son entière solidarité avec les grévistes. À la fin de la première guerre mondiale, pendant laquelle Gandhi avait appelé au soutient de l'effort de guerre, il présente aux britanniques ses premières revendications d'autonomie pour l'Inde.
Le 6 avril 1919, pour impressionner les anglais, Gandhi appelle le peuple à manifester publiquement dans tout le pays et à cesser toute activité. La manifestation est un énorme succès. Le 13 avril, à Amritsar, la population manifeste de nouveau malgré l'interdiction. Le général Dyer ordonne alors à ses hommes de tirer sur la foule pacifique.
 Le bilan est effroyable : plus de 300 morts et plus de 1000 blessés. Horrifié, Gandhi suspend immédiatement la satyagraha.

 


En 1920 il repense ses moyens d'action. Soutenu par le parti du Congrès et par les musulmans, il appelle à la non coopération avec l'administration britannique et se prononce pour le boycott des produits textiles d'origine européenne. L'Inde tout entière bouge et la tension ne cesse de monter. De nombreux leaders sont emprisonnés et des affrontements ont lieu.
Pendant l'un d'eux 22 policiers sont lynchés par la foule. Le Mahatma, comme on l'appelle désormais, décide de mettre fin à toute action.

 


Il est cependant arrêté puis condamné à 6 ans de prison. Il restera emprisonné 2 ans pendant lesquels le mouvement va sensiblement s'essouffler. À sa sortie de prison Gandhi appelle à la cohésion nationale et il réclame l'égalité sociale pour les intouchables qu'il appelle affectueusement les harijans ("enfants de Dieu").
Il mènera d'ailleurs deux grèves de la faim pour qu'ils puissent entrer dans les temples.

 


Au début des années 30, Gandhi a retrouvé toute sa fougue. Il bénéficie d'une influence considérable. À chacun de ses mots d'ordre l'Inde s'immobilise.
 Le 12 mars 1930 le Mahatma entreprend son action la plus célèbre : la marche du sel.
 Son objectif est de dénoncer le monopole anglais de la vente du sel. Pendant 24 jours et sur 350 km le cortège ne cessera de gonfler. Arrivé à son but Gandhi ramasse une poignée de sel et annonce qu'il commence la désobéissance civile. Il est de nouveau arrêté.

 


En janvier 1931 le Vice-Roi Lord Irving le fait libérer. Il échange la libération des prisonniers politiques et la fin des lois sur le sel contre la fin de la désobéissance civile et la participation de Gandhi à une conférence organisée à Londres. Celui-ci accepte et en profite pour visiter l'Europe. Cette table ronde ne sera suivie d'aucun changement notable sur la politique indienne d'autant que Churchill arrive au pouvoir avec l'intention d'écraser le Parti du Congrès. Des milliers de militants sont bientôt arrêtés.


En août 1932 Gandhi est jeté en prison. Les dissensions entre les communautés s'aggravent et les droits des intouchables sont menacés. Le 20 septembre le Mahatma entreprend une nouvelle grève de la faim. Le gouvernement britannique plie devant la menace de la mort de Gandhi devenu très populaire en Europe.

 


En 1934 Gandhi se retire de la politique en tant que telle, préférant la laisser aux jeunes leaders du Congrès dont Nehru. Il continue en revanche de se battre pour la cohésion entre les communautés et pour l'éducation des masses, ce qui lui vaudra l'inimitié des extrémistes hindous. Cette année là, Gandhi échappe à la première des cinq tentatives d'assassinat dont il fera l'objet.
Lors des élections de 1937, le Congrès obtient la majorité écrasante au parlement indien. Dès lors la marche vers l'autonomie et l'indépendance semble inéluctable.

 


Lorsqu'éclate la seconde guerre mondiale en 1939, Gandhi refuse de s'engager aux côtés des anglais. Il affirme que seule une Inde indépendante pourrait contribuer à la lutte contre les nazis. En 1942 il lance même son fameux slogan "Quit India". Il enjoint les britanniques à partir au plus vite et relance le mouvement de désobéissance civile. Lui et les dirigeants du Congrès sont arrêtés après que des émeutes aient éclaté.
Sa femme Kasturbai meurt lors de sa détention.
En 1944 Churchill le fait libérer.

 


Après la guerre les travaillistes d'Atlee arrivent au pouvoir en Angleterre. Le Premier Ministre est bien décidé à mener le processus d'indépendance à son terme. Lord Mountbatten est nommé Vice-roi avec cette mission. C'est alors que les communautés musulmane et hindoue se déchirent. La Ligue Musulmane de Mohammed Ali Jinnah ne cesse en effet de réclamer la création d'un état indépendant à majorité musulmane.

 


Gandhi, lui, reste attaché plus que tout à l'unité de l'Inde. Jinnah refuse de participer au gouvernement provisoire de Nehru et appelle à une journée d'insurrection le 16 août 1946. Elle se solde par des milliers de morts dont au moins 5000 à Calcutta.

 


Gandhi use de toute son influence pour éviter la partition mais le 15 août 1947 Lord Mountbatten annonce l'indépendance de deux nouvelles nations : le Pakistan et l'Inde. On assiste alors à l'exode meurtrier de plusieurs millions de personnes. Les sacs, les meurtres, les règlements de compte en tous genres feront entre un et deux millions de victimes.
 Épouvanté par la situation, notamment à Calcutta, Gandhi décide de jeûner jusqu'à la mort. Nehru fait alors tout ce qui est en son pouvoir pour mettre fin aux massacres. Il y parvient d'extrême justesse et Gandhi se nourrit à nouveau. Pourtant la colère des extrémistes n'est pas retombée. Ceux du côté hindou notamment tiennent rigueur à Gandhi de sa trop grande mansuétude à l'égard des musulmans.

 


Le 30 janvier 1948, l'un d'eux, Nathuram Godse, l'abat à Delhi.
"Hé Ram" seront les dernières paroles du Père de la Nation. Sa mort provoque une émotion internationale. À Delhi plus de deux millions de d'indiens assisteront à ses funérailles nationales.

Aujourd'hui encore l'empreinte de Gandhi est vivante en Inde même si la société juste, égalitaire et non violente dont il avait rêvé reste à construire.

 

 



Repost 0
5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 19:22


La différence...

Que de haine elle peut provoquer !
Que de souffrances engendrées...


Liberté de penser
Karim Jaafar


  

Et pourtant


          Une mine de richesses
          Une source à laquelle
          Je me désaltérerai
          Toute ma vie



Alors pourquoi ?
 

Mouton noir
          Chat noir
                 Enfant noir

Gosses arabes
Gones un peu jaunes
Titis de couleur pas définie


Racaille, bien sûr ils le sont tous !
                Tandis que nos mômes   
                                     La crème

Jamais de problèmes



Ils sont pas comme nous
             Ils "puent"          c'est bien connu
                         Et oui 


                     Ils bouffent notre pitance
                     Ils raclent à tous les rateliers
                                   Leur Dieu  mais c'est pas le nôtre

Ils profitent de tout


 MISERE

"Que de fois j'ai entendu ces paroles
Et toujours"


                        Bipo, pas bipo,
                        Schyzo, pas schyzo
                                   Parano, pas parano,
 
                                   Surtout pas fou !!!!

                                  Je revendique ma folie...

 

Folie d'aimer
      Folie de Vivre
           Folie de la différence
                Folie d'être moi,

                                 Mouton noir            mais moi 
                                                                     Avant tout

                                Folie de refuser les injustices..

(à suivre)

 

 Katelemonde



 
"Va, Vis et Deviens"

Repost 0
1 septembre 2008 1 01 /09 /septembre /2008 09:57

 

PUBLICITE MENSONGERE...

 

"La France, ce beau pays où ... quelles que soient ses différences ...
quelle que soit son origine ... quelle que que soit sa couleur ...
on peut réussir !"...

Le nouveau slogan du ministère de l'immigration ?

 


Malheureusement non.
Il s'agit juste d'une pub pour la Fiat Punto car, en France :

- 30 % des sondés se déclarent « racistes »
- 58 % estiment que « certains comportements peuvent parfois justifier des         réactions racistes »
- 48 % pensent qu’« en France aujourd’hui le nombre d’immigrés
  est trop important » ...

 



- Avoir 48-50 ans,
- avoir un nom maghrébin,
- être handicapé,
- être une femme avec des enfants,
- souffrir d’une apparence disgracieuse ...

sont, dans l’ordre,  les principaux facteurs de discrimination à l’embauche
révélés dans le "premier baromètre national"...


Il ne vous reste plus qu'à acheter une Fiat...


Source Le Monde Diplomatique / IDH Toulon
31 octobre 2007


Repost 0
30 août 2008 6 30 /08 /août /2008 07:46


Rêver en technicolor

QUE RESTE-T-IL DE MARTIN LUTHER KING ?
Aurélie Louchart pour Evene.fr

Le 4 avril 1968 disparaissait Martin Luther King.
Une balle dans la tête de celui qui restera pour tous  le symbole
du combat pacifique pour l'égalité entre Noirs et Blancs.
Quarante ans plus tard, que reste-t-il de l'héritage du pasteur
le plus connu de l'Amérique ?


 



Il est de ces hommes qui ont marqué l'histoire. L'un de ces visages incontournables, de ces noms qui évoquent à tous un combat. Des centaines de villes ont leur rue ou leur école Martin Luther King et la culture populaire a intégré le militant des droits civiques au panthéon des icônes indémodables. (1) "I have a dream" est certainement le discours le plus connu de la planète. Ou plutôt l'extrait de discours le plus connu. Car qui connaît le reste de ce texte ? Le propos de King a été réduit à cette phrase. King comme Noir, défenseur pacifiste d'autres Noirs opprimés. Un leader dont chacun s'approprie l'héritage, anti comme prodiscrimination positive, ou candidat aux élections américaines.

 En évoquant la potentielle accession du sénateur
Barack Obama au poste suprême, la très influente Oprah Winfrey expliquait : "Le Dr King a fait le rêve mais nous n'avons plus à nous contenter de rêver. En votant, nous pouvons faire de ce rêve une réalité." (2) Comme beaucoup, la femme d'affaires passe ici à côté de l'essentiel du message de Martin Luther King.



Une route semée d'embûches

Certes, l'élection d'un homme noir à la présidence des Etats-Unis contient une portée symbolique considérable. Il y a 150 ans, Barack Obama n'aurait pas eu le droit d'ouvrir un livre. Il y a 60 ans, toujours pour avoir commis l'erreur d'être né Noir, il aurait été malmené par le Ku Klux Klan. Il y a 45 ans, il n'aurait pu étudier avec des Blancs puisque plus de 75 % des écoles du Sud pratiquaient encore la ségrégation scolaire. (3) Martin Luther King a participé à l'avènement d'une société plus juste et aurait été heureux qu'un Noir puisse avoir des chances d'être élu président. Quel chemin parcouru depuis ce jour de 1955 où Rosa Parks refusait de céder sa place à un Blanc dans le bus, provoquant ainsi le début de la marche pour les droits civiques ! Ce combat semble naturel aujourd'hui, mais pour Martin Luther King, la lutte contre le poids de quatre siècles d'esclavage met sa vie en danger : des ségrégationnistes posent des bombes chez lui, le FBI le harcèle, le file, le met sur écoute... Au coeur des années 1960 de la contre-culture et du maccarthysme, en agissant à coups de sit-in, boycotts et marches toujours pacifiques, l'admirateur de Gandhi se transforme en élément perturbateur pour le gouvernement américain. Bien plus qu'un Malcolm X. Il est aisé pour le FBI de décrédibiliser un homme prônant l'usage de la violence, mais quid d'un pasteur bien sous tous rapports ? MLK a fédéré ses concitoyens jusqu'à en réunir un nombre tel que le Congrès n'eut d'autre choix que de voter des lois en faveur de l'égalité civique.

[...]


à lire :

- Fracture raciale ou fracture sociale ?

- Un rêve encore bien loin de la réalité

-
"Une oasis de liberté et de justice"

-
Le combat continue…



Comme toute icône, Martin Luther King a été lissé, policé, aseptisé par la gloire. A l'instar d'un
Che Guevara transformé en gentil révolutionnaire, loin de toute hémoglobine, MLK est devenu une magnifique illustration pour T-shirt d'ado révolté.

Son message a été appauvri et parfois même vidé de sens : la plupart des rues Martin Luther King se situent ainsi dans des quartiers noirs, comme si le combat du pasteur était seulement l'affaire des descendants d'esclaves.
 
Martin Luther King voulait une Amérique plus juste. Plutôt que de prendre des mesures en faveur des pauvres, le gouvernement des Etats-Unis lui a dédié un jour férié.




Article publié sur Evene .fr par
Aurélie Louchart

http://www.evene.fr/celebre/actualite/martin-luther-king-dream-1968-obama-oprah-1294.php





"le racisme n'est pas une opinion C EST UN DELIT !!!"

 

Repost 0
28 août 2008 4 28 /08 /août /2008 22:29


Il y a 45 ans... le 28 août 1963

Martin Luther King était à la tête de la marche historique contre les discriminations raciales, à Washington le 28 août 1963 où il déclara son célèbre discours : « I have a Dream » au pied du mémorial Lincoln à Washington, devant 250 000 personnes.

En 1964, il fut récipiendaire du Prix Nobel de la Paix.






" Je fais un rêve "


Je rêve d'un jour,
Où toutes les vallées s'élèveront
Chaque colline et chaque montagne
S'abaissera,
Où l'ordre remplacera le chaos,
Et la pureté des coeurs
Redressera les torts,
Où la gloire du Créateur
Sera révélée
Afin que tout ce qui vit puisse la voir.


Ceci est notre espoir
Avec la foi,
Nous serons capable de changer notre nation
Le son de la discorde
En une merveilleuse symphonie de fraternité,


Fort de cette foi
Nous serons capables de travailler ensemble,
de prier ensemble,
Sachant qu'un jour,
Viendra la liberté pour tous.


Martin Luther King Jr (1929-1968)
Prix Nobel de la Paix 1964

Discours prononcé le 28 août 1963
au Lincoln Memorial, Washington









Martin Luther King Junior

 


Cultiver le rêve pour que ne triomphe pas le cauchemar.
Rêver une humanité belle et fraternelle.



Parfois c'est difficile, quelquefois douloureux.
Quelquefois l'espérance sous le poids de la bêtise,
de la haine et du reste,
se replie et se surprend à renoncer.



Puis je me souviens d'un sang, sur un balcon d'Atlanta,
versé dans la rencontre de la haine et de l'amour.
Par la rencontre d'un homme qui aimait,
tombé sous les balles de la haine.


Celui qui aimait est tombé.
L'amour n'a pas pu mourir.
L'amour a triomphé de la haine,
par delà le sang versé.



Je me souviens aussi de cet autre homme,
Il y a bien longtemps,
tué dans un théâtre, sur une impulsion haineuse,
parce qu'il avait osé rêver l'humanité par delà la race,
belle et fraternelle.
Il avait osé rêver son pays différent.


Je me souviens de ces autres hommes et femmes courageux,
qui ont mis leurs vies, au service de ce rêve.



Alors je rêve encore, par delà le cauchemar,
et nourris mon espérance de ces vies magnifiques
qui ont su s'offrir pour ne pas renoncer,
à un rêve plus grand que les limites de leurs vie.

 

 

 

Alors je rêve encore.
Et j'espère continuer à rêver,
la tête hors des flots de la haine,
du racisme et de la bêtise.



Il paraît que le rêve est l'apanage de l'humain.
Alors je fais un rêve.

Hommage aux femmes et aux hommes qui nous ont précédé
et qui donnent tout leur sens aux locutions

fraternité, égalité, et liberté




Et si au delà du slogan
on essayait d'aller à la rencontre du sens
de ces trois mots superbes ?


Pourvu que la jeune génération fasse mieux que la mienne.


J'en rêve.
J'en rêve encore.

 

A bout de souffle
 je rêve.

 


 

" Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères,
sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots "

Martin Luther King

"L'obscurité ne peut pas chasser l'obscurité;
seule la lumière le peut.
La haine ne peut pas chasser la haine;
 seul l'amour le peut"
Martin Luther King Jr




Repost 0

Présentation

  • : Le blog de katelemonde
  • Le blog de katelemonde
  • : Parler de sujets de société, de l'intolérance, des atteintes aux droits de l'Homme, de la liberté, des enfants, de la souffrance, de la Vie tout simplement, mais également de poésie, d'écrits personnels, de musique, de théâtre, de créations en tout genre, etc...
  • Contact

Qui sommes-nous ?

"Kate le monde" est un blog destiné à parler de sujets de société qui me tiennent à coeur,  mais également parler de poésie, de musique, de théâtre, de créations en tout genre, etc....
J'y mettrai également de mes textes et poésies en toute modestie, et des photos prises au fil de mes balades...des coups de coeur et des coups d'essai !.......à suivre....

Recherche

Toutleloiret

Ma musique


Découvrez Jeff Buckley!