Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 23:13


L'oiseau de brume

 

 

L'oiseau vole.
L'enfant le regarde.


Il agite ses bras, jouant avec le vent

Mais son corps ne bouge pas.



Pourtant, l'enfant s'élève quand même.



Ses pieds touchent encore le sol

Mais son coeur est déjà dans les nuages.



Il rejoint l'oiseau et tous deux volent de concert,

Traversant le temps et les paysages,
Chevauchant des chevaux de lumière,

Sculptant des déesses de brume,
Naviguant sur l'aurore,
Jouant avec les rires de Morphée...



"A table!" dit la mère.

  L'enfant atterrit.



Mais l'oiseau continue de voler...

 

Florant Mercadier




La nature est éternellement jeune, belle et généreuse.

Elle possède le secret du bonheur,

et nul n'a su le lui ravir.



George Sand

Repost 0
Published by katefannay - dans poésie
commenter cet article
13 septembre 2008 6 13 /09 /septembre /2008 06:40


        Nous v'là, 
                   Nous les chats noirs,
 
                           C
hats d'espoir, 
                                   Chats d'amour ...


 


          Nous sommes les chats noirs
                  La tribu aux yeux d'or
                          Yeux d'émeraude
                                  Yeux d'amour


                                   Certains ne nous aiment pas
                           On fait peur paraît-il
                   Alors
           On n' comprend pas



 


 Les hommes et les femmes 
                                  noires
 Les bébés et enfants
                                  noirs
D'une autre couleur
Sont-ils aussi victimes  de ce
                                 non amour
De ce rejet
De cette peur


On ne comprendrait pas


                             On ronronne         On miaule
                             On s'câline
                             On s'frotte
                             On vous aime
                             On est de super potes


Alors pourquoi





          Les humains vous êtes
                                        un peu bizarres
                    Parfois
                              Ou toujours
                                        Noirs  blancs  roux  tigrés
                                                  De toutes les couleurs


          Nous sommes tous des
                                           chats
          Alors touchez pas à mon pote



          C'qu'est bizarre
          C'est que les enfants
                                      nous aiment
          Noirs ou pas noirs



          Perdriez-vous votre
                                  coeur d'enfant
          L'intelligence du coeur


          Nous sommes les chats noirs
                    La tribu aux yeux d'or
                              Yeux d'émeraude
                                        Yeux d'amour



Et on ne comprend pas

KATE......cat'swoman




          La différence...que de haine elle peut
                                                         provoquer !
          Que de souffrances engendrées...
  

Et pourtant
          Une mine de richesses
                    Une source à laquelle je me
                                               désaltérerai
                              Toute ma vie


Katelemonde

 

 

 

 


"Rien n'est plus dangereux au monde
que la véritable ignorance
et la stupidité consciencieuse."


Martin Luther King

Repost 0
Published by katefannay - dans poésie
commenter cet article
10 septembre 2008 3 10 /09 /septembre /2008 20:08

                         Enfant
                         Ta pureté
                         Ta spontanéïté

                                              Je ne te l'enlèverai pas




Ton amour sans condition
          Ton sourire de
                                 p'tit gavroche
                    Tes larmes
Ton rire


Je ne les braderai pas
Je te respecte trop


               Un monde sans enfant
               Serait un monde sans soleil
               Sans lune
               Sans étoiles
               Un monde d'obscurité


Le NEANT à jamais


Si seulement...
Ils ont peut-être oublié
C'est ce qu'on va dire
Plus sympa pour eux


               Si seulement...
               Ils avaient gardé cet amour


               Comme toi
               Si "les hommes vivaient d'amour"...


Si seulement...
Il suffisait d'ouvrir son coeur
Il suffisait d'aimer
Il suffisait d'être soi

De se retrouver
De redevenir ce que 
                            Nous sommes vraiment


Partir ou rester
Vivre ou mourir
Accepter ou condamner
Etre soi
Ou se renier


Regarder ou barbouiller
Eclore ou se faner
Se résigner ou lutter


VIVRE
AIMER


Sans conditions !
Tout simplement..


Katelemonde


 
Alors, pourquoi dois-je écouter mon coeur ?

Parce que tu n'arriveras jamais à le faire taire

Et même si tu feins de ne pas entendre ce qu'il te dit,
il sera là, dans ta poitrine,
et ne cessera de répéter ce qu'il pense
de la vie et du monde.


Paulo Coelho

Repost 0
Published by katefannay - dans poésie
commenter cet article
10 septembre 2008 3 10 /09 /septembre /2008 20:02


"Hello", dit l'oiseau..........




               Hello, dit l'oiseau,
                      J'suis sorti de l'eau
                              Pour aller si haut


Si haut
Que vous ne pouvez me voir
J'ai volé  volé
Si longtemps et si loin

Que j'me suis perdu


               J'reconnais plus rien
               J'sais plus où je suis
               Je n'vois plus mes potes
               Je n'vois plus la terre
               Je n'vois plus les océans


Le vide à l'infini
Le poids du silence
Pas un chant
Pas un cri

La limite du néant


               J'erre dans l'obscurité
               Je plane dans un
                                            Univers inconnu
               Vais-je m'y perdre
               Suis-je encore un oiseau


               Je n'sais plus


Je'me sens si seul
Mais p't'être que pour
                                    Un oiseau
Faut que j'm'y fasse


Liberté à n'importe quel prix
Je n'sais pas
Je n'savais pas


               Alors j'vous imagine
               Mais j'aimerais tant


Que vous m'aidiez à revenir
Je ne veux plus être seul
Libre de voler
Libre de planer
Libre de mourir


               Je n'veux plus
                          Plus jamais......


Katelemonde



Repost 0
Published by katefannay - dans poésie
commenter cet article
8 septembre 2008 1 08 /09 /septembre /2008 23:33

La nuit est venue            tant attendue
                                                         Mon amie de toujours

   
                        Peu importe l'endroit
                        Peu importe le moment
                        Elle m'accompagne

Oublier
Imaginer
Rêver      je suis en vie


Regarder le ciel          
           M'imprégner de son odeur
                      Ressentir  toutes ces lueurs
                                 Ces poussières d'étoles

Qui me nourrissent   d'Amour               
  J'imagine







Chaque soir
Chaque nuit


                      Je prends la route de nulle part
                       Le chemin d'un Monde sans fin
                       Et je marche       
                                   Je vole            
                                             Je  plane


Seule
Dans une bulle 
                  Multicolore
Bulle de bébés           de toutes les couleurs
Petites bulles       se multipliant


Un champ de papillons    de fleurs
Se forme dans le ciel
Un monde réinventé

 
Monde pour des bébés   des enfants
Où la souffrance n'existe pas


                          Ritournelles sans fin
                          Manèges enchantés
                          Fées elfes lutins    si coquins
                          Si malins


Le bonheur
Les rires
Les couleurs
L'amour


Le bonheur d'un monde imaginaire


Katelemonde



Repost 0
Published by katefannay - dans poésie
commenter cet article
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 08:00

 



Faire rire, c'est faire oublier.
 
Quel bienfaiteur sur la terre,
Qu'un distributeur d'oubli !


Victor Hugo

 





L'école des beaux-arts

 

 
Dans une boîte de paille tressée
Le père choisit une petite boule de papier
Et il la jette
Dans la cuvette
Devant ses enfants intrigués
Surgit alors
Multicolore
La grande fleur japonaise
Le nénuphar instantané
Et les enfants se taisent
Émerveillés
Jamais plus tard dans leur souvenir
Cette fleur ne pourra se faner
Cette fleur subite
Faite pour eux
A la minute
Devant eux.


Jacques PREVERT





Repost 0
Published by katefannay - dans poésie
commenter cet article
1 septembre 2008 1 01 /09 /septembre /2008 20:52


Ecoutez !     puisqu'on allume les étoiles....





Écoutez !
Puisqu'on allume les étoiles,
C'est qu'elles sont à quelqu'un nécessaires ?

C'est que quelqu'un désire qu'elles soient ?
C'est que quelqu'un dit perles ces crachats ?


Et, forçant la bourrasque à midi des poussières,
Il fonce jusqu'à Dieu, craint d'arriver trop tard, pleure,

Baise sa main noueuse, implore
Il lui faut une étoile !
Jure qu'il ne peut supporter son martyre sans étoiles.

 

Ensuite, il promène son angoisse,
Il fait semblant d'être calme.

Il dit à quelqu'un :
" Maintenant, tu vas mieux, n'est-ce pas ?
T'as plus peur ?
Dis ? "


Écoutez !
Puisqu'on allume les étoiles,
C'est qu'elles sont à quelqu'un nécessaires ?

C'est qu'il est indispensable,
Que tous les soirs au-dessus des toits
Se mette à luire seule au moins une étoile?


Vladimir Maïakovski





La nuit n'est jamais complète

 

Il y a toujours puisque je le dis

Puisque je l'affirme

Au bout du chagrin une fenêtre ouverte

Une fenêtre éclairée


Il ya toujours un rêve qui veille

Désir à combler faim à satisfaire

Un coeur généreux

Une main tendue une main ouverte

Des yeux attentifs

Une vie à se partager.


Paul Eluard




Repost 0
Published by katefannay - dans poésie
commenter cet article
1 septembre 2008 1 01 /09 /septembre /2008 18:05



Au-delà de tout ce qui nous a séparé,



Malgré tout le mal 
        Qu'ils nous ont fait   Toi
                                           et Moi
 

J'ai appris à t'aimer...
A jamais
Au-delà du temps

 

Ton absence est devenue 
           Ta présence

Tu m'as tellement manqué
     Que ta mort nous a
                            rappochée
 
Tu vois,
Ils ont manqué leur coup
          L'Amour est au-dessus 
                                        De tout
 
Je t'aime et pour 
                   Toujours

Tu es mon père 
Il ne se passe un jour
Où je ne pense à toi
 
Tu es l'un des hommes de
                                         Ma vie,

Le premier dont on 
                      M'a privé...

 



Tellement peu de souvenirs 
                               De notre vivant

L'interdit
            Mais nous savons que nous 
                      Nous aimons
                                au-delà,

A jamais

Pardonnons leur le mal
Qu'ils t'ont fait,
Qu'ils nous ont fait

Difficile
     Méchanceté, jalousie, 
          Petitesse,
               Intérêt

Difficile
 
Ta vie a été un tel calvaire,
     Mon père, Serge, 
          Un mec bien....
 
Ils ne t'ont pas compris,
Ils n'ont pas voulu

 Je te comprends et je connais 
                Ton coeur.....

  

Empli d'amour, de générosité,
Comme ton père,
                Vous étiez des mecs
                                               bien
 
Je vous aime 
Je suis fière de vous
      D'être votre fille et 
                         Petite-fille


 

Mon Dieu, pardonnez-leur,
      A quoi bon la haine,
          la rancoeur,

Le mal est fait

Et tu sais papa,
 Avec tout ce que j'ai vécu,

Aie confiance en moi,
     Je vais bien,
          Enfin, j'essaie,

Je me bats
L'instinct de survie 
               A toujours été le plus fort et
                                                    J'aime la vie

Alors je VIS pour toi,
     Pour mes mômes
          Et mes hommes qui 
                                M'aiment

     Mon Homme  
     Un P'tit Amour
 
C'est un merveilleux cadeau
 D'être aimée et qu'on te dise
                                      "tu le mérites"
 
Merci à vous tous
Merci la Vie
  
Et la Mort ne m'éloigne pas
De vous
Au contraire,

Je ne t'aurai jamais tant parlé

 

Je t'aime, mon père,
Qui a combattu toute 
                              Sa vie

Et pourtant....


Katelemonde


Repost 0
Published by katefannay - dans poésie
commenter cet article
31 août 2008 7 31 /08 /août /2008 17:17





C'est p't'être moi
     C'est p't'être vous

Je ne suis peut-être pas encore né,
     Je vogue sur une plume

En attendant de me poser
Là où je suis attendu

Amour de toute une vie
                               Et au-delà
Je suis là
         Je vous aime         déjà
Depuis        je n'sais plus

Vous m'aimez depuis
                     Si longtemps




Alors je vous promets
     Des merveilles
          Des joies
               Des rires

D'énormes         câlins
                                    Sans fin

Des larmes effacées
      Des douleurs envolées

Des multitudes
     De bulles
               Multicolores

        Bulles d'Amour
Bulles de Vie

On va s'trouver
C'est écrit

Rien n'est un hasard
Vous et Moi
         Moi, Bébé
                 Petit homme 
                        Petite femme
En devenir



Le temps ne compte plus
                   Nous sommes au-delà

Notes de musique
            Danses d'un Monde
Que nous allons
                       Rendre
                                  Merveilleux

Vous     Moi
        Nous depuis si longtemps

Ainsi va         l'Amour
         Au-delà des frontières
               Au-delà des races

Au-delà
Nous sommes là



Katelemonde



"Ce soir, sur le couchant, se lève
Une étoile dont tu sauras
Orner le ciel pur de ton rêve."

Francis Carco




Repost 0
Published by katefannay - dans poésie
commenter cet article
30 août 2008 6 30 /08 /août /2008 22:47



Prière à l'inconnu

 


"Rêverie" de Cristelle Barberian

Mon Dieu, je ne crois pas en toi,
Je voudrais te parler tout de même.



J'ai bien parlé aux étoiles, bien que je les sache sans vie,

 

Aux plus humbles des animaux, quand je les savais sans réponse,

Aux arbres qui, sans le vent, seraient muets comme la tombe.



Je me suis parlé à moi-même, quand je ne sais pas bien si j'existe.

Je ne sais si tu entends nos prières, à nous les hommes,

Je ne sais si tu as envie de les écouter.



Si tu as, comme nous, un coeur qui est toujours sur le qui-vive

Et des oreilles ouvertes aux nouvelles les plus différentes

Je ne sais pas si tu aimes à regarder par ici.



Pourtant je voudrais te remettre en mémoire la planète terre

Avec ses fleurs, ses cailloux, ses jardins et ses maisons

Avec tous les autres et nous qui savons bien que nous souffrons.

Je veux t'adresser sans tarder ces humbles paroles humaines

Parce qu'il faut que chacun tente à présent tout l'impossible.



Même si tu n'es qu'un souffle d'il y a des milliers d'années

Une grande vitesse acquise

Une durable mélancolie

Qui ferait tourner encore les sphères dans leur mélodie



Je voudrais, mon Dieu sans visage et peut-être sans espérance

Attirer ton attention parmi tant de ciels vagabonde

Sur les hommes qui n'ont pas de repos sur la planète.



Jules SUPERVIELLE





Ah ! si tu existes, mon Dieu, regarde de notre côté.
Viens te délasser parmi nous.

La terre est belle, avec ses arbres, ses fleuves et ses étangs,
Si belle, que l'on dirait que tu la regrettes un peu
Mon Dieu, ne va pas faire la sourde oreille
Et ne va pas m'en vouloir si nous sommes à tu et à toi
Si je te parle avec tant d'abrupte simplicité.

Je croirais moins qu'en tout autre en un Dieu qui terrorise.
Plus que par la foudre, tu sais t'exprimer par les brins d'herbe
Et par les jeux des enfants et par les yeux des ruisseaux.
Ce qui n'empêche pas les mers et les chaînes de montagnes.

Tu ne peux pas m'en vouloir de dire ce que je pense
De réfléchir comme je peux sur l'homme et sur son existence
Avec la franchise de la terre et des diverses saisons
Et peut-être de toi-même dont j'ignorerais les leçons
Je ne suis pas sans excuses

Veuille accepter mes pauvres ruses
Tant de choses se préparent sournoisement contre nous
Quoi que nous fassions, nous craignons d'être pris au dépourvu
Et d'être comme le taureau
Qui ne comprend pas ce qui se passe
Le mène-t-on à l'abattoir
Il ne sait où il va comme ça
Et juste avant de recevoir le coup de mort sur le front
Il se répète qu'il a faim et brouterait résolument

Mais qu'est-ce qu'ils ont ce matin avec leurs tabliers pleins de sang
A vouloir tous s'occuper de lui ?


Jules Supervielle






http://supervielle.univers.free.fr/supervielle/biographie.htm
Repost 0
Published by katefannay - dans poésie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de katelemonde
  • Le blog de katelemonde
  • : Parler de sujets de société, de l'intolérance, des atteintes aux droits de l'Homme, de la liberté, des enfants, de la souffrance, de la Vie tout simplement, mais également de poésie, d'écrits personnels, de musique, de théâtre, de créations en tout genre, etc...
  • Contact

Qui sommes-nous ?

"Kate le monde" est un blog destiné à parler de sujets de société qui me tiennent à coeur,  mais également parler de poésie, de musique, de théâtre, de créations en tout genre, etc....
J'y mettrai également de mes textes et poésies en toute modestie, et des photos prises au fil de mes balades...des coups de coeur et des coups d'essai !.......à suivre....

Recherche

Toutleloiret

Ma musique


Découvrez Jeff Buckley!